109 Rue de la Marne, 33500 Libourne
Disponible aujourd'hui de 8h à 20h
06 11 25 71 44
Céline Eliane MAUPEU
Hypnose ericksonienne à Libourne
 
109 Rue de la Marne, 33500 Libourne
 
Disponible aujourd'hui de 8h à 20h
 
06 11 25 71 44

LA DEPENDANCE AFFECTIVE 2

La dépendance affective prend source dans l’enfance, quand il y a un manque d’amour, de reconnaissance, ou de sentiment d’appartenance. Le réservoir d’amour est alors percé et tant qu’il n’est pas colmaté, réparé, l’adulte sera en quête de ce besoin d’amour permanent, et quelle que soit sa relation, cela ne sera jamais suffisant…

Du coup, comme ces besoins n’ont pas été comblés, vous allez chercher à l’extérieur : l’Amour et la reconnaissance pour vous sentir bien. Or, si vous apprenez à remplir votre réservoir d’amour par vous-même : par la confiance et l’estime de vous, vous nourrirez un bien être interne, suffisamment solide, pour ne plus être impacté, touché et en souffrance quant au comportement de l’autre.

I/ PRENDRE CONSCIENCE DE SES MANQUES AFFECTIFS :

1. Quels sont vos manques et quelle est l’intensité de ces manques ?

Le besoin d’autonomie ? d’être valorisé pour vos compétences ? d’être accepté ? d’être écouté ? de pouvoir parler ? de vous exprimer ? d’être entendu et reconnu ? d’être considéré ? respecté ? d’être dans un environnement stable et sécurisé ? le fait qu’on fasse attention à vous ? d’être accompagné ? d’avoir eu de la tendresse ? des compliments ? d’avoir été mis en confiance ? et puis d’avoir partagé ? d’avoir joué, et d’avoir eu des contacts avec les autres ?

2. Il faut associer à ces manques, quel est votre sentiment, quel est votre ressenti ?

 

Pour chaque manque que vous venez d’identifier (en 1) vous allez y mettre le sentiment correspondant. Car chez les dépendants affectifs, il y a une absence de prise de conscience de leurs besoins. Ils passent plus de temps, à prendre soin des besoins, de l’autre, plutôt que des leurs, et au bout d’un moment il y a une confusion… où vous pouvez du coup, adopter les besoins de l’autre en pensant qu’il s’agit de vos propres besoins (d’où la réelle importance d’identifier vos vrais besoins, vos besoins personnels, vos besoins fondamentaux)

 

(Par exemple : quand vous pensez aux manques que vous avez vécus ou ressentis dans votre enfance : quelle est l’émotion qui va avec ? est-ce que c’est de la peine ? est-ce que c’est de la colère ?

En identifiant, les émotions, vous allez pouvoir connecter vos vrais besoins.

Exemple:si l’émotion est de la peur, alors vous avez besoin d’être sécurisé.

Si l’émotion est de la colère votre besoin est la réparation face à une injustice."

 

3. Apprendre à construire des relations écologiques par la technique des 2D et 2R :

  • Donner et Demander / Recevoir et Refuser.

Pour que des relations soient équilibrées, il faut que vous puissiez apprendre, à demander de la même façon que vous savez donner, et apprendre à recevoir et à refuser : à savoir dire NON.

Cela implique de retravailler l’estime de vous et la confiance en vous ( et je vous invite à vraiment vous poser les questions suivantes: je demande à l’autre de m’accepter, mais comment moi je m’accepte ? je demande à l’autre de m’aimer, mais comment moi je m’aime ? je demande à l’autre de m’écouter, mais est-ce que moi, je suis vraiment à l’écoute de moi, ? je demande à l’autre de me respecter, mais est-ce que moi je me respecte vraiment dans mes besoins fondamentaux dans la vie de tous les jours ? Je demande à l’autre de la tendresse, mais est-ce que moi je me donne de la tendresse ? je demande à l’autre des compliments, mais est-ce que moi je me donne des compliments ? )

NB : Vous avez les moyens en vous de nourrir et de travailler sur ces besoins, chaque jour, de façon à ne plus vivre dans l’attente et dans la souffrance de ce que l’autre ne vous renvoie pas… ou ne vous apporte pas…

 

II/ LES 8 ROUTINES DU DEPENDANT AFFECTIF

  • Besoin de contacts permanents,
  • Sentiments extrêmes,
  • Vivre à travers l’autre,
  • Acheter de l’amour (demander à recevoir de l’amour sous condition de…ou en échange de…) ou à l’inverse…aimer pour 2,
  • S’effacer pour l’autre (laisser l’autre prendre toute la place)
  • Panique amoureuse (par exemple :  si l’autre ne répond pas à l’un message dans l’heure ou les heures qui suivent, vous vous faites tout un scénario catastrophe, avec de préférence des sentiments, de doutes, de suspicion, de jalousie)
  • Panique amoureuse (peur de perdre l’autre)
  • Dévouement extrême (vous agissez pour l’autre avant d’agir pour vous, vous mettez l’autre avant vous, dans vos choix, désirs et besoins, vous allez jusqu’à anticiper ses propres demandes)
  • S’enfermer dans la relation (même si elle est toxique)

 

NB : Dans la dépendance affective, vous n’êtes bien évidemment pas concerné par ces 8 routines, mais vous pouvez en observer certaines qui prennent toute la place dans votre vie.

III/ LE CERCLE VICIEUX DE LA DEPENDANCE

cercle vicieux de la dépendance affective

Phase 1 : peur du manque affectif,

Phase 2 : vous allez vérifier que ce manque n’est pas coupé, et que vous avez bien votre dose d’amour,

Phase 3 : ex : il devait vous rappeler à 17h et ne l’a pas fait. Vous vous inquiétez et derrière vous renvoyez jusqu’à 20 messages pour être rassuré(e), jusqu’à ce que votre partenaire vous réponde. Et pendant ce temps, vous allez passer par la colère, l’inquiétude, et les sms vont pouvoir être agressifs…

Phase 4 : après avoir été rassuré(e), vous culpabilisez de vos comportements excessifs

Phase 5 : vous rebasculez dans l’anxiété et la peur, et vous avez besoin d’être rassuré(e) à nouveau par l’amour de l’autre.

IV/ La dépendance affective peut être déclenchée par l’un de ces troubles, voire plusieurs :

les troubles de la dépendance affective

 

  • EX :
  • La honte de nos comportements excessifs,
  • Trauma de l’enfance, de l’adolescence, ou plus tard aussi dans la vie adulte qui renvoie à la vie passée
  • Tabou des besoins : se juger et se critiquer négativement par exemple (je suis nul, je ne vaux rien, je ne suis pas assez…)

 

V/ POURQUOI CE N’EST PAS DE VOTRE FAUTE ???

Ce n’est pas de votre faute. Le but n’étant pas de juger vos parents, vos grands-parents ou vos représentants parentaux, mais de comprendre votre parcours et de comprendre comment cette dépendance affective s’est installée.

 

Cela peut être lié :

 

  • Soit à l’instabilité de votre environnement (dans l’enfance, si vous avez eu des parents absents, maltraitants, toxiques etc…)
  • L’amour inconstant (ex : un parent dépressif ou malade, qui vous envoie tantôt des doses d’amour, tantôt de rejet, ou un parent, qui a eu une enfance difficile, chaotique ou traumatique, et qui vous a renvoyé ainsi du rejet, de l’abandon, de l’injustice, de l’humiliation etc…)
  • Des parents difficiles à satisfaire (quoi que vous fassiez, quoi que vous décidiez, même en donnant le meilleur de vous même, vos parents n’étaient jamais satisfaits et ne reconnaissaient pas vos efforts et votre vraie valeur). Ce n’est pas forcément un manque d’amour de leur part, mais un comportement lié à leurs propres croyances, ou leur éducation.

 

VI/ INSECURITE AFFECTIVE

  • Le sentiment d’être incapable de… (incapable de faire…incapable d’être…)
  • Le sentiment de ne pas pouvoir (être aimé, ou de ne pas pouvoir aimer)
insécurité et dépendance affective

VII/ LES RACINES DE LA DEPENDANCE AFFECTIVE

  1. LA SURPROTECTION : avec des parents qui vous ont surprotégé
  2. L’AUTORITARISME : des parents, qui savaient mieux que vous ce qui était bon pour vous (ex : vous avez pourtant chaud, vous l’exprimez et votre parent vous ordonne de mettre votre veste, car lui ressent qu’il fait froid)
  3. LA PERVERSION : maltraitance, manipulation etc…
  4. UN ABANDON DIRECT (départ d’un parent, divorce) ou INDIRECT (être élevé par un membre de la famille car les parents travaillent beaucoup
  5. LA DEVALORISATION (par les parents, l’entourage, l’école etc…)
  6. LES AGRESSIONS (violences physiques, verbales à la maison ou à l’extérieur)
  7. LA MALADIE, L’ACCIDENT ou UN HANDICAP 

VIII/ LES 3 TYPES D’ATTACHEMENT DANS L’ENFANCE

  • L’attachement sécure : (celui qui est sain) vous avez été sécurisé, enfant : on vous a donné les moyens d’être sécure avec de l’autonomie, de l’indépendance…
  • L’hyper attachement : enfant, vous aviez besoin d’une hyper présence parentale. Vous pouviez le développer, avec des parents hyper protecteurs, ou des parents anxieux. Vous vous êtes développé avec la croyance, que vous ne pouviez être en sécurité qu’avec l’autre (c’est à-dire, votre parent) et vous avez développé la croyance, que sans l’autre, vous ne pouviez ni agir, ni choisir.
  • L’attachement évitant : vous vous êtes construit en faisant mine d’être fort, en faisant mine de ne pas avoir besoin d’attachement, (ex : être fort pour faire face à la maladie dans la famille, un deuil, des problèmes etc…)

 

IX/ QU’ENTRAINE LA DEPENDANCE AFFECTIVE ?

qu'entraîne la dépendance affective

X/ QUELLES SONT LES RELATIONS QUI NOUS CONDUISENT A LA DEPENDANCE AFFECTIVE ?

  • La relation amoureuse,
  • La relation amicale,
  • La relation familiale / parentale,
  • La relation de travail,
  • Les relations sociales.

XI/ POURQUOI CHOISSIT-ON DE RESTER DANS LA DEPENDANCE ?

  • Car vous vous sentez pris au piège,
  • L’anxiété prend le dessus,
  • Vous vous sentez dépendant (addiction)
  • Vous êtes conditionné (depuis votre plus jeune âge)
  • Vous avez peur (rejet, abandon…)
  • Vous manquez de confiance en vous,
  • Vous avez perdu l’estime de vous,
  • Mode isolateur ou fusionnel,

XII/ Test pour vérifier votre niveau de dépendance ?
TEST N 1

niveau de dépendance affective

*NB : 16 = dépendance amoureuse
TOTAL SUR 16 : à combien êtes-vous ?
TEST N 2

dépendance affective

TOTAL SUR 14 : à combien êtes-vous ?

XIII/ LES DIFFERENTS TYPES DE LIENS

les différents types de liens dans la dépendance affective

XIV/ LES CONSEQUENCES DE LA DEPENDANCE AFFECTIVE

Avec le temps, et les souffrances accumulées la dépendance affective peut entraîner :

  • Une dépression (tristesse, repli sur soi, perte de confiance),
  • Des troubles anxieux généralisés (perte du sommeil, attaque de panique, peurs…),
  • Détérioration de l’estime de soi,
  • Troubles du comportements (TAC, TOC, hypochondrie etc…) : hyperfocaliser sur un problème de santé, permet de défocaliser son attention de sa souffrance liée à la dépendance affective,
  • Conduites addictives : sport, travail, réseaux sociaux, achats compulsifs,
  • Le sentiment d’impuissance,
  • Perte de ses valeurs, de ses croyances, pertes du gout de la vie,
  • Troubles de la personnalité : paranoïa, dépersonnalisation…
  • Somatisation : carences physiques, pertes d’énergie, somatisation, maladies…
  • Isolement social : risque de suicides…

 

En thérapie, il va falloir trouver :

  1. L’origine de la blessure,
  2. Détecter les déclencheurs : est-ce que c’est lorsque quelqu’un vous manque de respect, est-ce que c’est quand vous vous sentez isolé ? Incompris ? Quand vous vous sentez impuissant ?
  3. Agir sur le cercle vicieux de la répétition : dire stop aux compensations etc…
  4. Construire les fondations du respect de soi et de ses valeurs :
  5. Travailler la confiance en soi, l’amour de soi, l’estime de soi, l’affirmation de soi,
  6. Réparer son réservoir affectif,
  7. Eviter le piège de la délégation de son besoin affectif (c’est-à-dire, de toujours vous brancher à l’autre pour recevoir son amour. Vous blâmer en vous disant toujours que c’est de votre faute sans rien changer. Fuir les relations toxiques : pour ne pas vous perdre entièrement. Eviter les dérivatifs : nourriture, médicaments, alcool, réseaux sociaux)

Céline Eliane MAUPEU

source : Christèle Albaret

 


Articles similaires

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.