42 Rue Pline Parmentier, 33500 Libourne
Disponible de 8h à 20h
06 11 25 71 44
Céline Eliane MAUPEU
Hypnose ericksonienne à Libourne
 
42 Rue Pline Parmentier, 33500 Libourne
 
Disponible de 8h à 20h
 
06 11 25 71 44
Céline Eliane MAUPEU
Hypnose ericksonienne à Libourne

LA DYSLEXIE

LES TROUBLES DYSLEXIQUES

La dyslexie se caractérise par un trouble spécifique de l’apprentissage du langage écrit et / ou de la lecture. Elle représente une difficulté durable de l’apprentissage et de l’acquisition de la lecture chez des enfants ne présentant ni troubles de l’intelligence, ni troubles sensoriels. Souvent les personnes dyslexiques confondent les lettres telles que « p et q », « b et d » et inversent les lettres ou les syllabes.

La dyslexie se manifeste à l’écrit : lorsque les difficultés portent sur le langage on parle de dysphasie. Or la dyslexie peut souvent être associée à de la dysphasie, de la dysorthographie (langage écrit) ou de la dyscalculie.

La dyslexie peut cependant faire suite à un accident ou à une lésion cérébrale ou encore une anomalie neurologique.

En France, la dyslexie touche environ 5% des enfants. Plus le diagnostic est précoce, plus la rééducation est rapide et efficace.

L’enfant dyslexique aura tendance a développé un dégoût pour l’écriture, car écrire est tellement difficile pour lui, qu’il aura du mal à lire. Il fatigue, travaille lentement et n’arrive pas à traduire correctement sa pensée.

NB : l’enfant naît dyslexique. La dyslexie est un trouble neurologique avec des régions cérébrales identifiées. Elle est héréditaire et transmise génétiquement (3 garçons touchés pour 1 fille). Si l’on ne guérit pas de la dyslexie, on peut néanmoins mettre en place des stratégies de remplacement des compétences cognitives en défaut.

L’explication neuro-anatomique du cerveau

Depuis une trentaine d’années, des recherches tendent à relier les causes de la dyslexie à des anomalies de la maturation du cerveau.

  • L’hypothèse visuelle : L’absence d’activation de la zone du cerveau dédiée à l’information visuelle : les centres de reconnaissance des mots n’étant pas opérationnels, il faut beaucoup plus de temps à une personne dyslexique pour reconnaître un mot, car elle doit le découper lettre par lettre, puis tout assembler par sons pour reconstituer le mot.
  • L’hypothèse hormonale : des malformations de cellules du cerveau ont été constatées chez des personnes dyslexiques de sexe masculin.
  • L’hypothèse du déficit de traitement phonique : les difficultés rencontrées pour la maîtrise du langage, résulteraient d’un chemin d’accès beaucoup plus long et complexe.

La dyslexie : Symptômes et profils, les signes qui alertent

Les premiers signes apparaissent au cours de la scolarisation en CP. Si les troubles persistent, ils témoignent d’un trouble de l’apprentissage. Voici les difficultés les plus fréquentes :

  • Percevoir la différence entre les sons p/b, t/d, k/g, f/v, s/z, ch /j, m/n, r/l
  • Différencier les formes proches f/t, n/r, m/n, p/q, b/d
  • Retenir la forme ou l’ordre des lettres
  • Retenir certains sons à l’intérieur d’un mot
  • Répéter un mot ou une phrase lus par l’instituteur
  • Ecrire un mot sous la dictée
  • Se situer dans l’espace ou le temps
  • Distinguer la gauche de la droite
  • Se situer dans le temps (matin, soir, après-midi…)
  • Choisir son côté dominant (gaucher ou droitier)
  • Manipuler les unités sonores de la parole alors que la compréhension orale est normale
  • Inverser les lettres ou les mots
  • Inverser des séquences de lettres (ex : pro / por ; dur/dru…)
  • Les mots prononcés de façon incorrecte, les syllabes omises ou inversées ex : éphélant au lieu de éléphant…
  • Vocabulaire imprécis, phrases peu structurées : « truc » souvent employé ou phrase raccourcie (car cherche ses mots)
  • Maladresse : met du temps à s’habiller, tient mal son stylo, n’est pas régulier dans ses coloriages
  • Inattention, défaut de concentration

Les différents types de dyslexie

  • Trouble phonique lié à un trouble de la perception auditive (dysphonétique 60 % des cas) : les mots ne sont pas reconnus entièrement lors de la lecture. Ex : boucher à la place de boucherie, des lettres sont oubliées ou inversées, ex : arbe pour arbre, incapacité à ordonner les lettres ou les syllabes au cours de l’écriture.
  • Troubles de l’attention (dyslexie visuo-attentionnelle) : inversion de lettres ou de groupes de lettres (ex : toboggan devient toggoban), des omissions, des ajouts, des sauts de lignes etc…
  • Dyslexie de surface ou lexicale (30 % des cas) : l’enfant déchiffre bien les mots à partir du moment où ils sont composés de syllabes régulières (p et a = pa), il n’a pas de difficulté pour associer une lettre et un son. En revanche il mémorise peu l’orthographe des mots entiers ou irréguliers (ex : doigt, chocolat, oignon etc…). L’enfant est incapable d’automatiser la lecture, chaque mot est déchiffré comme si c’était la 1 ère fois qu’il le découvrait.
  • Dyslexie mixte (20 à 30 % des cas) : l’enfant a des difficultés pour traiter les sons et pour mémoriser les mots entiers. La lecture des mots nouveaux ou irréguliers est compliquée.

Les catégories de "DYS"

  • LA DYSLEXIE :  difficulté à manier les sons ou les lettres qui composent les mots. Difficulté pour lire de façon correcte et fluide.
  • La DYSORTHOGRAPHIE : difficulté d’acquisition de l’orthographe, altération de l’écriture spontanée ou dictée.
  • LA DYSPHASIE : trouble de la syntaxe, utilisation de mots incomplets, difficulté à construire un discours et à le comprendre.
  • LA DYSPRAXIE OU TAC (trouble d’acquisition de la coordination) : trouble de la coordination des gestes dans la motricité globale (courir, sauter…) ou dans la motricité fine (écrire, dessiner) ou dans les jeux de construction
  • LA DYSGRAPHIE : difficulté d’acquisition et d’exécution de l’écriture, lenteur dans les reproductions graphiques.
  • LA DYSCALCULIE : difficulté à reconnaître les chiffres et à les utiliser. Difficulté à réaliser des opérations (addition, soustraction, multiplication…)
  • LES TROUBLES MNESIQUES : déficiences de différentes mémoires (verbales, visuelles…)
  • TROUBLES DE L’ATTENTION avec ou sans hyperactivité (TDA/H) : déficit de l’attention et des fonctions exécutives, impulsivité et instabilité psychomotrice.

NB : Ces troubles sont le plus souvent innés ou peuvent faire suite à un traumatisme ou une lésion cérébrale. Ils sont statistiquement plus fréquents chez les enfants nés prématurés ou de mères alcooliques.

LE DIAGNOSTIC PLURIDISCIPLINAIRE

Plus le diagnostic est rapide, moins les familles sont isolées et moins l’enfant culpabilise. Le diagnostic de la dyslexie repose essentiellement sur le bilan orthophonique, mais un bilan pluridisciplinaire permet de mieux cibler la rééducation (neuropsychologue, psychologue, psychomotricien, ophtalmologiste, médecin ORL)

 

  Céline Eliane MAUPEU

                                                                                                              Sources : aedis éditions


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.