109 Rue de la Marne, 33500 Libourne
Disponible aujourd'hui de 8h à 20h
Céline Eliane MAUPEU / EI
Hypnothérapeute à Libourne
 
109 Rue de la Marne, 33500 Libourne
 
Disponible aujourd'hui de 8h à 20h
 

LES BIENFAITS DE L'AYURVEDA


38 vues
MEDECINE AYURVEDIQUE

L'ayurveda est une médecine du nord de l’inde, très ancienne ( qui a plus de 10 000 ans) , issue des montagnes de l’Himalaya. Elle est le fruit  d’un passage , d'une transmission des maitres ascensionnés vers les richis.

L’ayurveda a été transmise à travers des méditations transcendantales (par voie orale) au peuple, dans les villages et les villes pour pouvoir soigner les gens. C’est une médecine holistique, globale qui remonte à la racine d’une problématique, elle n’est pas symptomatique.

La reconnaissance de l'ayurveda est cependant récente, elle a été reconnue en 1982 par l’OMS. En inde l’ayurveda se transmet par voie orale.

L’ayurveda permet de comprendre ses forces et ses faiblesses à travers, la constitution ayurvédique, cela permet de bien vivre avec soi-même, en comprenant ce qu’il faut faire ou ne pas faire, en adaptant, son alimentation, ses pensées, son sport, son hygiène de vie, son sommeil.

L'ayurveda ou l'alimentation ayurvédique permet d'entrer en symbiose avec qui l’on est vraiment, par la compréhension de ce qui est le mieux pour soi.

L’alimentation n’est pas la même pour chacun. Elle dépend de votre constitution, de votre force mentale, de vos émotions et de l’état de votre système digestif et de votre tempérament ayurvédique.

LES DOSHAS

DOSHA

Les DOSHAS  sont les 3 forces vitales, qui s’expriment dans le corps et l’esprit.

VATA : c'est un dosha plutôt sec, mobile, froid, rugueux, léger, qu’on pourra canaliser par certains aliments. Il est composé d’air et d’espace. C'est l’énergie du mouvement, c’est ce qui correspond aux mouvements digestifs, de la bouche jusqu’à la sortie de l’aliment.

Il représente également le mouvement dans l’esprit : par exemple lorsqu'on a une idée, lorsqu'on parle avec quelqu’un.

PITTA : c’est l’énergie de la transformation, c’est l’énergie du feu et de l’eau. Il réagit aux transformations chimiques, hormonales et métaboliques.

Par exemple, lorsqu'on mange un aliment, la transformation qui va se produire pour le digérer, c’est pita qui le gère. Idem lorsqu’on fait preuve de feu, dans la combativité, dans la détermination, l’intelligence, c’est PITTA qui va le gérer.

La dernière énergie c’est KAPHA : c’est l’énergie de l’eau et de la terre. C'est une énergie de cohésion. C’est tout ce qui assure la protection.

Ce sont aussi les liquides du corps : le mucus, le liquide synovial, la régénération des cellules mais aussi la cohésion vis-à-vis d’autrui : quand on fait preuve d’empathie, de patience, d’amour de protection…

En ayurveda, on fusionne avec la nature. 

On va expliquer les 5 éléments de la nature en corrélation avec ces 3 énergies. Ces énergies on a la possibilité de les aggraver, de les augmenter, de les diminuer ou de les apaiser.

Sur la base des 3 DOSHAS, l’ayurveda reconnait 10 constitutions ayurvédiques : ( que l'on peut appréhender à l'aide de tests mais surtout grâce à un professionnel). La constitution commence vers l'âge de 18 ans.

Une fois qu’on a découvert sa constitution, on va pouvoir adapter son alimentation ( il y a des choix à faire en termes : d’épices, de mélanges, d’hydratation...)

On peut être de double constitution et parfois il peut y avoir des conflits d’énergies entre les doshas.

NB : attention à ne pas confondre alimentation ayurvédique et alimentation indienne, une alimentation ayurvédique peut être norvégienne ou française, çà n’a rien avoir avec l’hindouisme ( ex : la viande peut être utilisée dans l'alimentation ayurvédique) . C’est plutôt comprendre l’alliage des aliments entre eux, comment on équilibre les 6 saveurs dans son assiette.

COMPRENDRE L'ALIMENTATION AYURVEDIQUE

C’est apprendre à fusionner les énergies, tout en équilibrant les doshas, ( ex : si je suis en déséquilibre pita, il va falloir que je fasse attention, à ce qui est carné , pimenté, à ne pas consommer des aliments trop acides, épicés, piquants…). Ceci est à la porté de tous, du moment qu’on comprend les règles, ex : manger ce qui provient de son pays, manger à un aliment auquel on est habitué nous permet de mieux le digèrer.

C'est comme une alliance avec la nature. Il faut manger au plus proche de soi, au plus proche de la nature : manger local c’est ayurvédique : le circuit court est ayurvédique.

QUELQUES EXEMPLES

En ayurveda, on ne mélange pas la viande et les produits laitiers car çà alourdit.

Par exemple, il est possible de boire de l’alcool à base de plantes : la bénédictine est excellente car elle utilise les épices. De plus, il y a une façon de boire de l’alcool pour ne pas déséquilibrer son feu digestif . L'alcool en apéritif sans manger, est très mauvais, car cela crée du reflux, des ulcères et cela diminue le feu digestif et donc le mucus protecteur.

En ayurveda, on dit qu’il faut boire de l’alcool en même temps que le repas et plutôt des alcools légers (vins rouges, bières de riz).

Pour que ce soit ayurvédique il faut choisir la recette de l’alcool (léger ou à base de plantes), au moment où on boit l’alcool (pendant un repas), et le boire en conscience,

En France on a beaucoup d’aromates (sarriette, thym, menthe), il faut les utiliser en ayurvéda, pour alléger les plats (en mettre dans la viande, les pommes de terre, le fromage … car çà allège l’aliment, çà permet de contrer son humidité et sa lourdeur, et ainsi notre feu digestif fonctionne mieux)

DETOX AYURVEDIQUE

DETOX

Il est important de la faire à la bonne saison, et ainsi de redonner de la force à son feu digestif, pour qu’il puisse bruler les toxines.

En ayurveda on ne cherche pas à faire sortir les toxines, car elles vont se loger dans des endroits fragiles du corps comme les articulations.

On va chercher à redonner de la puissance au feu digestif , par l’usage des épices : gingembre ou curcuma avec du poivre en infusion, par exemple.

Au printemps c'est la saison phare du détox :  on va se focaliser, sur des aliments très amers (radis, endives, légumes verts). Et cette amertume va créer un équilibre au printemps quand il y a beaucoup de lourdeurs.

Il y a aussi la detox mentale : où il convient de faire attention à ses pensées, de s’accorder du temps pour méditer, de marcher dans la nature, pour respirer en conscience avec des techniques de pranayama, de respiration alternée, de faire du sport pour redonner de la force au feu digestif notamment.

LE JEUNE

Le jeune est intéressant, mais ce n’est pas valable pour tous les profils (ex : pour les vata, jeuner c’est une catastrophe, car on assèche encore plus le terrain qui a besoin de retrouver de la force.)

En revanche pour les kapha (profils épais) ou pita (moyennement épais), le jeune leur est très favorable.

  • Pour le jeune on peut utiliser le kitchari : riz + légumes + lentilles + épices + ghee (beurre clarifié), ou faire une monodiète légumes associée à du quinoa,
  • Apprendre à manger au bon moment : le matin et le midi, c’est là où on mange plus, et le soir on s’allège, afin que le feu digestif retrouve de la force et qu’on puisse soulager le système hépatique (et là on entretient la détox)
  • La detox c’est un changement au niveau de l’alimentation, du sport, d’une prise de conscience,
  • En ayurveda, on ne dissocie pas le corps et l’esprit : ainsi on doit faire de la détox physique et mentale, car on digère aussi mentalement et émotionnellement les choses. Quand on digère mal émotionnellement les choses, cela vient s’engrammer dans le corps et c’est là où ça pénalise la digestion,
  • Il est important de connaitre son profil mais également ses déséquilibres, pour venir adapter son alimentation. Il faut donc se connaitre, comprendre son terrain et sa constitution, et prendre le temps de les mettre en pratique,
  • Pour un équilibre ayurvédique , il faut à la fois apaiser le dosha qui est trop fort, et réajuster nos déséquilibres même s’ils ne sont pas dans notre profil dominant,
  • Il y a aussi la lecture mentale de l’aliment : quand on est triste ou en colère, on peut aussi agir sur nos émotions par l’alimentation. Ex : si on manque de combativité , on va manger des aliments qui font d’avantage penser au feu (épices).

Céline MAUPEU, hypnothérapeute.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.